Biographie - Studio Nico

Aller au contenu

Menu principal :

Biographie

Le Dauphiné Libéré du Dimanche 16 Juin 2013
IL MÉRITAIT D’ÊTRE DANS LE JOURNAL Nicolas Lyaudet, jeune photographe amateur de 25 ans
Chasseur
d’images chambériennes
Chaque  semaine, retrouvez le portrait d’un personnage chambérien que vous  connaissez pour l’avoir croisé au détour d’une rue ou d’un lieu  incontournable.

Si Obelix est tombé dans la marmite de potion  magique tout petit, c’est dans celle de la vidéo, teintée de  photographies, qu’a atterri Nicolas Lyaudet. Tout a commencé à l’âge de  dix ans, dans un cadre pixelisé.  Enfantin. « Comme dans une bande  dessinée, glisse le jeune homme de 25 ans. En fait, avec des amis, on  s’amusait à recréer des courts métrages de 5 à 10minutes, avec des  jouets de construction ». Déjà avec un souci de création, de  superposition, qui, passé l’âge de raison, va monter en puissance.

5000 photos compilées dans une vidéo de 3’20’’

L’animation  anime donc ce passionné des images, qui « ne quitte jamais [son]  appareil. Je m’y suis réellement mis il y a 5 ans. J’ai commencé en  automatique, et petit à petit, j’ai poussé, appris avec internet. Je vis  en accéléré. Après le travail, je pars régulièrement faire des photos,  beaucoup sont parties à la poubelle », sourit il.
Une accélération qu’il met aussi en pratique dans sa dernière création en ligne : une vidéo de 3’20" en time-lapse  (vidéo animée),montée après avoir crapahuté sur les hauteurs de  Chambéry et des alentours. À la recherche d’instants naturels , de  mouvements. Au total, 5000 photos sont dans "la boîte".

«Des time-lapse tournaient sur internet. Mais je voulais quelque chose sur le bassin chambérien, souligne le diplômé de Polytech Annecy-Chambéry.  C’est une animation montée comme un film, mais à partir d’une série de  photographies prises de mai à décembre 2012, tous les soirs. Cette  technique, qui accélère le mouvement, permet de voir à l’œil nu  certaines choses, comme le mouvement des nuages. Ce sont douze photos à  la seconde. J’ai étrenné les sommets qui nous entourent : le Nivolet, la  Dent du chat, le Revard, la Chambotte, le Mont Saint-Michel, le centre  de Chambéry au moment des illuminations de Noël…».

« Je vis en accéléré »

«  Je me suis déplacé pour rien par moments à cause de la lune, de la  faible luminosité. Mais je suis toujours épaté de ce que l’on peut  capter », s’enthousiasme celui qui, de métier, est ingénieur spécialisé  dans le calcul de structure, à Montmélian. Une soif d’innovation qui l’a  poussé jusqu’au souci de l’originalité et le côté unique de la bande  son de sa vidéo. «C’est un ancien camarade de l’IUT qui a créé la  musique. J’ai calé mes images sur le rythme de celle-ci».
Une  vidéo "made in 73" haute en couleurs. «C’est un plaisir de faire quelque  chose de joli », glisse, pudiquement, ce chasseur d’images  chambériennes.
Candice HECK
Retourner au contenu | Retourner au menu